Archives du mot-clé Asperger

Aspies et pervers narcissiques ou manipulateurs

« Mais il n’en demeure pas moins que nous sommes des proies faciles pour les partenaires maltraitants et ceux qui à l’image de Svengali, sentent à quel point il est facile de nous amener à faire ce qu’ils désirent ou de nous manipuler »

 

in Comprendre l’Asperger au féminin de Rudy Simone, éditions de boeck

Publicités

Résolution des problèmes

Extrait de Tony Attwood, Le Syndrôme d’Asperger, guide complet (éditions De Boeck) (page 133)

Dès leur plus jeune âge, les enfants traditionnels se rendent compte que quelqu’un peut avoir la solution à un problème concret, et que d’autres pourraient souhaiter et être capables de les aider. Cette compréhension des pensées et des aptitudes des autres enfants n’est pas automatique pour les enfants Asperger. Lorsqu’ils sont confrontés à un problème, rechercher le soutien de quelqu’un qui vraisemblablement sait ce qu’il faut faire ne leur vient généralement pas à l’esprit. L’enfant peut être assis ou debout à côté de quelqu’un qui pourrait de toute évidence l’aider, mais semble avoir des oeillères et être résolu à résoudre le problème seul(e).

Mon point de vue :

Vu que les enfants Asperger sont souvent victimes de brimades, de harcèlement et qu’ils ne s’expriment pas toujours très bien, on ne s’étonnera pas qu’ils soient réticents à demander aux autres de leur apporter leur aide.

Honnêteté et tromperie

Extrait de Tony Attwood, Le Syndrôme d’Asperger, guide complet (éditions De Boeck) (page 131)

J’ai remarqué que les jeunes enfant(sic) Asperger étaient remarquablement honnêtes. Lorsqu’un parent leur demande s’ils ont commis un acte dont ils savent qu’il n’est pas autorisé, ils reconnaîtront vraisemblablement qu’ils l’ont commis (…).

Une autre caractéristique associée au Syndrome d’Asperger est que la personne ne sait pas quand on attend d’elle qu’elle dise un « mensonge pieux », et elle fait alors un commentaire vrai mais qui peut cependant blesser. Par exemple, l’enfant Asperger peut remarquer qu’une femme faisant la queue aux caisses d’un supermarché est obèse, et faire observer, avec son ton et son volume de voix habituel, que la dame est grosse et devrait faire un régime. L’opinion de l’enfant est qu’elle devrait être reconnaissante pour la remarque et le conseil : le fait qu’il soit probable que sa mère soit embarrassée ou la dame vexée par une remarque aussi malpolie ne fait pas partie de son processus intellectuel de l’enfant (sic). (…) Les enfants et les adultes Asperger semblent donner la primauté à l’honnêteté et à la vérité sur les pensées et les sentiments des autres.

Mary et Max – Wikipédia

Une petite Australienne disgracieuse et seule, Mary, 8 ans écrit à un correspondant choisi au hasard dans un annuaire de New York. Max Horowitz, 44 ans, juif solitaire, obèse et atteint du syndrome d’Asperger répond à sa lettre. Leur correspondance devient alors plus régulière au cours des années qui suivent.

via Mary et Max – Wikipédia.

Faut-il annoncer au médecin que jai de l’autisme ?

Voici quelques points d’attention lorsque vous souhaitez informer le médecin :

Seuil de douleur et anesthésie

avoir un seuil de douleur très élevé ou au contraire très bas ;

être très sensibles pour certaines douleurs et presque insensible pour d’autres ;

avoir des réactions inhabituelles à l’anesthésie (nécessité de moyens plus forts ou réactions plus forte) ;

avoir des difficultés pour dire où la douleur est ressentie exactement.

Fièvre

ne jamais avoir de fièvre ;

la fièvre n’est pas remarquée.

Manger et boire

ne pas ressentir la faim et la soif ;

ne pas ressentir la sensation de satiété ;

avoir une alimentation restreinte (goûts et textures non acceptés).

Traitement de l’information sensorielle

être submergé par les informations sensorielles qui amènent une sensation de douleur très fréquente (par exemple, quelqu’un qui a souvent mal à la tête ou qui présente des douleurs musculaires) ;

être ou paraître insensible à la douleur ;

présenter une hypersensibilité à la douleur.

Traitement de l’information

traiter l’information plus lentement ;

traiter l’information différemment ;

avoir une compréhension littérale du langage ;

avoir le souvenir de mauvaises expériences ;

présenter des difficultés pour communiquer l’information essentielle et se perdre dans les détails ;

avoir des difficultés pour retenir l’information pertinente donnée par le médecin.

Médication

être sensible aux effets secondaires ;

avoir d’autres effets secondaires ;

les médicaments n’ont pas d’effet ;

les médicaments ont un effet important avec une faible dose.

Respect du traitement

avoir des difficultés à faire face aux changements induits par la médication proposée (changement d’alimentation, de rythme de sommeil, …) ;

avoir des difficultés pour traiter l’information : besoin de plus d’informations, besoin d’informations écrites, besoin de pauses pour traiter l’information, …

via Participate! Autisme – Faut-il annoncer au médecin que j´ai de l´autisme ou que mon enfant a de l´autisme ?.

Favoriser l’accès aux soins (liens à télécharger)

Liste de ressources complémentaires au diaporama présenté à la journée d’information – Montpeller 19/06/2012

Améliorer la santé des personnes avec autisme : Etat des connaissances et des pratiques

Etat des lieux des dispositifs pour favoriser l’accès aux soins

http://www.autisme-ressources-lr.fr/spip.php?action=telecharger&arg=780‎

Le syndrome d’Asperger revisité: Et l’empathie, alors?

Enfin une explication cohérente à cette « théorie du manque d’empathie » chez les Aspergers et les autistes qui me perturbe depuis quelques jours :

Michelle Garcia Winner a observé chez les aspergers avec lesquels elle est en relation d’aide que c’est moins un manque d’empathie que de ne pas savoir comment réagir devant la réaction émotionnelle et imprévisible de l’autre. Il y a souvent une inertie ou un choix d’action différente de ce qui est préprogrammé dans la société. J’ajouterais même que le fait de rester logique et froid devant une personne attristée ou déstabilisée en prodiguant moult conseils cartésiens crée sûrement un effet de contraste choc. Cette dernière attend davantage un effet miroir, d’être rassurée et de se sentir comprise dans la situation telle qu’elle la vit. Pourtant, l’individu autiste souffre de voir l’autre malheureux, donc il propose une solution technique pour faire cesser la douleur de l’autre ainsi que la sienne. Alors que l’individu typique traitera l’émotion en premier et s’en prendra aux solutions potentielles en second, l’individu autiste proposera la solution d’emblée, sachant que son application rapide éliminera les émotions dévastatrices du même coup. Le dossier est ainsi réglé.

via 52 semaines avec une autiste asperger ou le syndrome d’Asperger revisité: Semaine 12 – Et l’empathie, alors?.

 

Syndrome d’Asperger, idées reçues sur l’absence d’empathie et la violence | Les tribulations d’une Aspergirl

A propos de l’empathie, dont le prétendu manque me trouble beaucoup quand son ressenti est décrit par les neurotypiques. Le texte suivant décrit assez bien ce que je ressens moi-même :

 « Croyez-moi, je ressens extrêmement fort la souffrance chez les autres personnes comme chez les animaux. Seulement, je n’aurai pas vraiment les moyens de manifester ou répondre à ce ressenti (qui peut pourtant aller jusqu’à me perturber tant il est fort & envahissant) de la manière « attendue », c’est à dire, de la façon espérée par les gens classiquement »

via Syndrome d’Asperger, idées reçues sur l’absence d’empathie & la violence | Les tribulations d’une Aspergirl.

Les tribulations d’une Aspergirl est un blog à visiter et à suivre.  J’aime beaucoup le style d’écriture de son auteur.